Antoine Romagnesi
1781-1850

L'art de chanter les romances, les chansonnettes et les nocturnes

et généralement toute la musique de salon
1846


Des paroles d'une composition vocale.

Avant d'essayer la musique d'un morceau de ce genre, on doit en examiner les paroles avec soin, en comprendre la pensée générale, en étudier les diverses parties, afin de fixer les éléments à mettre en œuvre pour donner au chant tout l'effet qu'il est susceptible de produire, car, c'est de la coïncidence parfaite de la musique avec les paroles que résulte la bonne exécution d'une composition vocale.

Non-seulement on doit étudier les intentions du poëte, mais il serait à désirer même qu'avant de les chanter, on déclamât à haute voix les paroles d'un morceau, ayant soin de s'arrêter, dans une juste mesure, aux points et aux virgules, d'accentuer avec précision les syllabes longues par opposition aux syllabes brèves, de s'attacher, en un mot, à une prononciation nette et correcte.

De la prononciation.

Si je recommande particulièrement aux chanteurs de donner aux paroles d'une œuvre vocale une sérieuse attention, c'est afin qu'ils puissent reporter dans la musique la bonne prononciation qu'ils auront obtenue par ce travail préparatoire.

C'est un fait généralement observé aujourd'hui, que cet étrange défaut de prononciation de la plupart des chanteurs, soit sur nos théâtres, soit dans nos concerts. C'est à ce point que souvent, placé près de l'exécutant, l'auditeur ne peut saisir aucun des mots de la pièce qu'il chante. Je pourrais signaler les causes de ce défaut presque général, mais cela sortirait de mon sujet, et je préfère indiquer ici les moyens de s'en préserver.



[Voir la transcription du texte ci-dessous.]

Non-seulement il faut en chantant s'arrêter convenablement aux repos marqués par les points et les virgules, comme on l'aura fait en déclamant les paroles, non-seulement on devra peser sur les syllabes longues et passer légèrement sur les brèves, mais encore il sera nécessaire d'accentuer tous les mots plus énergiquement qu'on ne le fait en parlant ; on devra les articuler comme s'il s'agissait de se faire entendre d'une oreille un peu dure, mais pourtant, en évitant toute affectation et toute grimace.

Par ce moyen (dont je me suis toujours servi pour moi-même), on se fait entendre, quoique avec une voix faible, des auditeurs les plus reculés d'une grande salle.

(...)

Quelques remarques sur les fautes contre le goût qui résultent de l'abus qu'on fait de qualités estimables.

(...) Les artistes, vraiment maîtres de leur art, emploient parfois d'heureux artifices vocaux qui, placés convenablement, ajoutent au charme et à l'expression d'une phrase passagère ou d'une cantilène tout entière. De ce nombre est une certaine vibration, un léger tremblement de la voix qui a pour but de rendre plus saisissante l'expression de la douleur. Malheureusement les imitateurs sont là qui se chargent de tout gâter. Ils ont remarqué que ce moyen d'effet a obtenu des applaudissements, et ils s'en servent à tout propos ; de telle sorte que leur petit tremblotement perpétuel devient la chose la plus insupportable qui se puisse entendre. Il ne faut donc user de ce moyen que dans les situations assez rares où il peut être employé d'une manière rationnelle.
__________________________
Disponible aux éditions Fuzeau


* * *

Transcription - How can I go on

Pour être honnête, on ne comprend pas non plus tout de ce que chante Freddy Mercury. J'ai donc fait une transcription, et comme je ne connaissais pas cette chanson jusqu'à présent, elle ne se base que sur ce que j'entend. Et bien sûr, j'ai commencé par transcrire la strophe de Caballé. G.L.

F.M.
When all the salt is taken from the sea
I stand ????
I'm naked and I ???
When your finger points so savagely
Is anybody there to believe in me?
To hear my ???? and take care of me?
How can I go on [nb: c'est le titre de la chanson, alors on devine]
From day to day?
Who can make me strong
In every way?
Where can I be safe
Where can I be ???
In this great big world of sadness?
How can I forget
Those beautiful dreams that we shared?
They're lost and they're nowhere to be found
How can I go on?

M.C.
Sometimes I feel the pwowo iii eee aaa
I aa aa see
when people fly ee me
I oo aa myself aaa ee aaa
Is anybody there to comfort me?
aaaaaaaaa iiiiiiiiiii
aaa eee iii ooo iiii
how can I go on [nb: là aussi, c'est le titre de la chanson, et à partir de là c'est sous-titré par F.M., mais si on fait abstraction, on comprend à peu près ça:]
oo ee oo iiiii
ooo aa eee ee aaaa
iiii eee eeeee
aaaa can I be aaaaa
aaaa can I be ooooo
iii iii aaaaaa aaaaaaaa aaaaaaa aaaaaaa
aaaa can I oooo iiiiii
aaa beautiful eeeeeee oo aa eeeeeee
eee oo aa aaa aa aaaaaaaaaa