Gabriel Fauré
1845-1924

des chanteurs


Je suis sûr qu'il est beaucoup de mes mélodies, parmi celles de ces dernières années, que vous ne connaissez pas encore! Je rêve de vous les faire entendre avec des interprètes parfaits, et je n'en connais pas parmi les professionnels. Ce sont les amateurs qui me comprennent et me traduisent le mieux, exception faite pour ce délicieux ténor suédois des beaux jours où fleurissaient les Roses d'Ispahan.
__________________________
Lettre à Elisabeth Greffuhle, 1902.
Citée dans "Voix, style, vocalité - les premiers interprètes de Fauré", Jean-Michel Nectoux,
dans "D'un opéra l'autre", Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1996.
Le ténor suédois est probablement Theodor Björksten.